Il était une fois un vieux père qui vivait
dans une petite cabane au fin fond d’un village lointain dans une forêt. On le
surnommait le gardien de la forêt. Il était vieux, petit, pauvre comme tous les
habitants de son village, avec un œil en moins et une fausse jambe. Mais, il
était humble et honnête, néanmoins pas très amical. Il avait un rêve, aider les pauvres de son village
à avoir une vie saine et pouvoir nourrir leurs enfants et se nourrir.

 

Un jour à la nuit tombée, il se promenait
dans la forêt. Il vit un chat mystérieux blaissé à la jambe. Le vieux eut pitié
de lui  et, le ramena chez lui. Il en
prit soin comme si c’était son enfant, un enfant qu’il n’a jamais, car trop
pauvre pour se marier. Malgré la bonne volonté de notre bon monsieur, le chat
très malade mourut. L’homme fut très affecté par cette perte. Il était vraiment
triste mais durant longtemps, années après années il continua de s’occuper de son
chat malgré qu’il soit mort.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

Une nuit, pendant le
sommeil du vieillard le chat se mit à bouger et se réveilla de son long
sommeil.

Le chat se mit à parler
et lui dit d’une voie basse d’outre tombe :

« Il y a un trésor dans la forêt. Vous
allez pouvoir réaliser votre rêve. »

L’homme repris :

« Quel rêve ? »

Et le chat répondu :

« Celui que vous avez de plus chère »

Il lui donna des indices et
lui remit 4 choses indispensables. La carte sur laquelle était localisé le
trésor, de l’eau sacrée, un tapis volant et une lampe torche extraordinaire. Puis
tout à coup le chat arrêta de parler et mourût une seconde fois.

Malheureusement un chasseur passa par là entendit l’histoire. Il écouta attentivement
les paroles du chat. Après la fin de l’histoire il planta sa tente près de la
cabane du vieux et attendit avec impatience le début de la quête du vieil homme.

Le grand père se mit en
route dès le lendemain soir, ceci faisait partie des recommandations du
chat : Ne chercher que le soir pour ne pas être aperçu dans le coin le
jour. Il prit ses affaires ainsi que le chat mort qu’il enveloppa dans un
linceul et plongea dans la forêt obscure.

Le chasseur le suivit pas à pas avec une
petite lampe, mais avec précaution pour ne pas se faire repérer.

             Après de très longues heures
de marche, le vieil homme et sa fausse jambe trop fatigué pour avancer, tendit
le tapis sur le sol et s’allongea. Il s’endormit aussitôt. Le chasseur en
profita pour s’emparer du sac, de la carte, et de la lampe torche extraordinaire
et s’enfuit avec sans se douter de la présence du cadavre du chat à l’intérieur.

À son réveil le vieil
homme s’aperçut de la disparition de son sac. Il ne lui restait plus rien sauf
le tapis. Sans la lampe, comment se repérer dans le noir. Il se mit à pleurer
et de ses larmes comme par magie se transformèrent en lucioles qui vinrent
l’aider. À la lumière de celles ci il vit que le voleur avait laissé derrière
lui des empreintes sur le sol, des traces de pas. Il put donc suivre les traces
de celui-ci. Après une bonne heure et demi de marche, il arriva à la dernière
empreinte en plein milieu d’un fleuve au milieu de la forêt. D’un coup plus
rien, plus de lucioles, plus de bruit. Le vide total. Le vieil homme regarda
autour de lui, scrutant le fond du fleuve à la recherche d’indices lui
permettant de suivre le voleur. Mais rien. Au comble du désespoir, il se remit
à pleurer et oh miracle, une fée apparut.

Elle lui dit :

« Si
tu passes par ce fleuve, tu seras transformé en une statue de pierre. ». 

Et, elle disparut. Alors, il utilisa
son tapis et survola le fleuve.

Soudain, un violent vent souffla et fit
tourner le tapis. Il faillit perdre  son équilibre mais il s’agrippa
fermement aux bords du tapis et il rejoignit l’autre rive du fleuve. Arrivé sur
l’autre rive, les lucioles réapparurent ainsi que les empreintes de pieds. Il
continua donc à suivre les traces du voleur de trésor. Puis dans le noir
complet il vit un jeune homme, grand, musclé perché en haut d’un arbre.

« En dirais que la forêt s’est
animé » ajouta le vieil homme après s’être rendu compte que l’arbre avait
capturé le voleur. Le voleur essayait en vain de se débattre pour se dégager
des branches qui l’emprisonnaient. Plus il se débattait et plus l’étau se
resserrait, se resserrait de plus en plus. Le voleur étouffait, cherchait de
l’air, mais ses efforts furent vains, un dernier râle et il rendit l’âme.

Et l’arbre ajouta :
« Qu’est ce que vous faites ici en pleine nuit et qui était cet homme ?

–      
Je suis à la
recherche d’un trésor et cet homme, je ne le connaissais pas. Il avait volé mon
sac pendant mon somme et je l’ai donc suivi jusqu’ici.

–      
Est-ce bien ce sac ?

–      
Oui c’est bien mon
sac

Le vieil homme tout
heureux récupéra le sac et tous ses accessoires

–      
Vous m’avez l’air
bien épuisé. Ne voulez pas vous reposer ? Je peux vous fabriquez un lit en
moins de deux secondes avec mes feuilles. Et puis je suppose que vous n’avez
pas dormis de la nuit ? Il commence à faire jour.

–      
Oui je veux bien. »

Après ce petit dialogue, l’arbre lui
fabriqua un lit et le vieil homme tellement épuisé, fut pris d’un violent mal
de tête. Il n’arrivait plus à bouger ses membres. Il ouvrit son sac et but une
goutte d’eau sacrée qui le soulagea immédiatement.  Il put ainsi dormir dans le lit douillé fabriqué
par l’arbre.

Le vieil homme se réveilla
en pleine forme en fin d’après midi après cette 
bonne nuit de sommeil. Il remercia l’arbre et lui dit qu’il reviendrait
le voir dès qu’il aura trouvé le trésor. Il partit donc rechercher de quoi se
nourrir. Sur la route il croisa toutes sortes d’animaux qu’il aurait pu manger
mais notre vieillard était végétarien. Un chevreuil passant par là vint lui
parler :

 

« Bonjour,
Monsieur. Que faites vous dans cet endroit perdu où presque que aucun humain ne
s’est jamais aventuré ?

–      
Je suis à la
recherche d’un trésor pour aider les gens de mon village à avoir une vie saine.

Cela va faire presque que 20 heures que je n’ai pas mangé. J’ai terriblement
faim, mais je ne trouve rien à manger.

–      
Il y a plein
d’animaux à manger ici.

–      
Oui mais vous savez,
je suis végétarien. Je n’ai jamais touché à un seul animal.

–      
Vous avez un si bon
cœur c’est inimaginable. »

De ce bon geste le chevreuil l’aida. Il
l’amena dans sa cabane faite de terre et de bois et lui prépara un splendide souper.

L’homme et la bête mangèrent dans la joie te la bonne humeur.

À table l’animal curieux lui
demanda :

« Pouvez vous me
donner plus d’information sur votre recherche, j’aimerai réellement vous aidez
à trouver ce trésor car vous au moins avec cet argent vous allez le partager,
pas comme ces gens hypocrites et égoïstes qui vont l’utiliser à mauvaise
escient. »

L’homme rit et lui raconta toute son
histoire :

« Vous savez,
moi j’ai toujours vécu sans argent, je n’en ai jamais ressenti le besoin et je
trouve que ma vie est bien comme ça. Mais les conditions de vie commencent à se
détériorer et je ne veux pas que des enfants vivent comme cela. Je fais tout ça
pour eux pas pour moi. Je ne fais pas cela pour avoir du succès ou gagner
quelques trophées que ce soit ou je ne sais quoi d’autre. Je fais ça car il est
injuste de voir des enfants innocents vivre dans le plus grand dénuement.

Si vous êtes près à poursuivre cette
aventure avec moi, soit, allons-y. »

Le vieil homme et le chevreuil se mirent
en route. Ils marchèrent 3 nuits et se reposèrent seulement le jour.

Enfin le quatrième jour, ils arrivèrent
au lieu indiqué sur la carte au coucher du soleil. C’était un grand champ de
blé. Celui-ci faisait presque 3 kilomètres de large sur 6 kilomètres de
longueur. Les deux amis se regardèrent, l’incrédulité se lisait sur leur visage.

Comment allaient-ils trouver le trésor dans ce grand champ de blé ? La mission
semblait impossible. Ils retournèrent la question plusieurs fois dans leur
tête.

Soudainement le temps se dégrada, le
vent souffla violemment, la pluie se mit à tomber drue,  le tonnerre à gronder et les éclairs
zébrèrent le ciel. On aurait dit que les éléments naturels avaient décidé de
compliquer la situation. Puis tout devint calme, la pluie cessa de tomber sauf
à un endroit au milieu du champ. Les deux copains se précipitèrent à l’endroit précis
où la pluie continuait de tomber. Ils se mirent à creuser. Sur la carte était
indiqué  qu’on devait creuser à plus de
10 kilomètre sous terre. La nuit tombait, nos chercheurs de trésor ne voyaient
plus rien. Le vieil homme décida donc de prendre la lampe torche. Il la pointa
vers le sol. Ils creusèrent encore et encore. Fatigués, ils décidèrent de s’octroyer
un de repos et de reprendre leur besogne le lendemain.

Le lendemain, en se réveillant les deux
personnes eurent la plus grande  surprise
de leur vie. Que s’est il passé au cours de leur sommeil? La lampe aurait-elle
creusé pour eux jusqu’au trésor ? C’est ce que se demandèrent le vieil homme et
le chevreuil et ils eurent la réponse. Ils regardèrent dans le trou et un baume
de joie les envahi. Au fond du trou, ils aperçurent une boîte brillante. Mais ils
réalisèrent un autre problème. Comment récupérer la boîte ? Car elle était à
plus de 10 mètres de profondeur. 

Leurs cerveaux cogitèrent longtemps
quand soudain l’animal eu une idée. Il décida donc de fabriquer une corde avec
les branches du blé. Ce fut une idée très ingénieuse et cela leur pris beaucoup
de temps. Couper le blé et assembler les branches. Mais au final une corde de
vingt mètres de long fut fabriquée en un temps extraordinaire de une heure.

L’animal descendit dans le trou à l’aide de la corde pendant que le vieil homme
resta en haut pour l’aider à remonter.

Arrivé au fond du trou, le chevreuil accrocha
le trésor autour de la corde et monta sur le coffre fort et demanda au vieil
homme de remonter la corde, tirer  le
plus fort qu’il pouvait. L’homme âgé tira de toutes ses forces et réussi à
faire remonter l’animal et le trésor malgré sa vieillesse. Ils décidèrent ensemble
de se mettre en route.

Ils marchèrent deux heures en alternant
pour porter le trésor car celui-ci était très lourd. Épuisé ils s’arrêtèrent
sous un arbre. Ils ne pouvaient plus porter le trésor. Il état trop lourd.

L’homme regarda en haut de l’arbre et vu des oiseaux qui fabriquaient leurs
nids. Il montra cela à l’animal puis il décida de leur demander leur aide.

Serait il possible qu’ils puissent fabriquer un nid géant pour pouvoir transporter
le trésor plus facilement. Les oiseaux acceptèrent sans hésiter et mirent deux
heures pour le nid géant. Les deux amis les remercièrent et partirent. En effet
le nid d’oiseaux géant les aida formidablement dans leur marche de plus de 3
jours.

Puis ils arrivèrent enfin dans la
cabane du chevreuil. Ils n’en crurent pas leurs yeux. La cabane du chevreuil
était complètement détruite. Plus rien, que du bois en miette et de la boue, il
avait tout perdu. Perdu sa cabane et ses souvenirs, tout ce qui avait dedans
parti en fumée. L’homme vit que l’animal était vraiment triste. Il décida donc
de l’inviter chez lui. Le chevreuil accepta avec joie. Quelques heures plus
tard ils arrivèrent dans le village du vieil homme.

L’absence du vieil homme n’était pas
passée inaperçue. Tout le monde était mort d’inquiétude de ne pas avoir vu le
vieil homme pendant presque que une semaine. Soulager de le revoir les gens du
village firent la fête. L’ancien du village leur présenta le chevreuil et leur
raconta toute son histoire. Puis à la fin de son histoire il distribua de façon
équitable l’argent du trésor. Les gens du village étaient vraiment émus de ce
merveilleux geste. Puis le vieil homme rentra chez lui avec le chevreuil. Il
donna au chevreuil tout le reste de son argent pour l’aider à reconstruire sa
vie. Le chevreuil accepta ce geste avec beaucoup de difficulté. Mais
l’insistance du vieil homme eu raison de lui. Le vieil homme très âgé mourut
quelques heures plus tard avec un sourire se dessinant sur ses lèvres. Le
chevreuil décida donc d’organiser des funérailles grandioses au village.

Ce fut une très belle fête et tout le
monde était heureux. Il fut décidé à l’unanimité par les villageois qu’un hommage
sera rendu au vieil homme chaque jour à dix-sept heures à l’église du village
jusqu’à la fin de leurs jours et de celle de leurs enfants.

 

Author